Regarde-toi

Il était d'elle très épris,
Elle, ça l'amusait bien,
Elle était son soleil, sa pluie,
Et lui, il n'était rien.
Il ne vivait que pour un "oui",
Qu'elle lui faisait attendre,
Prenant son temps avec autrui
Dont elle aimait s'éprendre.

Pendant qu'il courait les bijoutiers, les fleuristes,
Elle, elle courait les pompiers, les garagistes.
 
Elle lui disait "Je t'aime, je t'aime
Je t'aime comm’ j'ai jamais aimé"
Profitant du bonheur suprême
De le voir, tout rouge s'enflammer.
Elle l'invitait dans son jardin
Le couvrir de promesses
Quelle oubliait le lendemain
Devant son prof de fitness.

Il v'nait chez moi chercher une oreille attentive
Et moi je lui lançais d'un coup dans les gencives :
 
{Refrain}
Regarde-toi, Oh secoue-toi !
Regarde la, tu n’le vois pas
Elle se fout d'toi.
 
Elle organisait ses soirées
Entourée de beaux étalons
Et sans retenue elle s'offrait
A qui dégrafait son caleçon.

Mais quand seule elle se retrouvait,
Sifflait d'un coup notre bouffon,
Lui demandant de lui prouver
Que son amour était profond.

Quand elle voyait passer de jolis cul-turistes
Elle lui disait : "T'es r'passé dernier sur la liste !"
 
{Refrain}

Regarde-toi, Oh secoue-toi !
Enerve-toi, mais bouge-toi,
Reste pas comme ça.
Réveille-toi, arrête moi ça.
Insulte-toi, bouscule-toi
Mais remue-toi !
 
Un jour il est venu me voir,
Avec sa gueule déconfite,
Criant "Oh, rage ! Oh, désespoir !
Elle passe les bornes des limites".
Je lui ai dit : "Toi, tu es mon ami,
Afin d'abréger ton tourment,
Je vais lui mettre sur les 'i',
Mes deux poings à cette jument".

Je m'suis trouvé devant sa porte, elle est apparue
Et j'en ai perdu mon caleçon quand je l'ai vue !

{Refrain}
Regarde-toi, t'es fier de toi ?
Qu'est-ce que t'as fait là ?
J'te comprends pas
Tu te fous d'moi.
Qu'est-ce que tu dis là ?
Ne m'dit pas ça,
Tout mais pas ça, je te crois pas
T'as pas fait ça ?

Ó Tous droits réservés, Philippe ALAUX

REGARDE-TOI