1. Mururoa
(Philippe DEIXONNE)

A Mururoa,
Je t’ai trouvé toi,
Sur la mer azur,
Sous le ciel cyanure.

Que d’atomes crochus,
De chaleurs inhumaines.
Sous ton corps j’ai fondu,
De pulsions malsaines.

A Mururoa,
Tu es mon ciel.
A Mururoa,
On est le fiel.

A l’ombre du champignon,
Tu m’as irradié.
Puis j’ai crié ton nom,
Je t’ai aimé.

A Mururoa,
Je t’ai trouvé toi,
Rencontré l’onde,
Nos âmes moribondes.

A Mururoa,
Tu es mon ciel.
A Mururoa,
On est le fiel.
A Mururoa,
Souffle l’amour et le vent.
Mais Mururoa,
Souffre d’insidieux tourments.

J’ai enlevé ton maillot,
Déglingué les noyaux.
Tu es le paysage,
Qui subit mes ravages.

T’es ma bombe anatomique,
J’suis ton mâle endémique,
Notre amour à rayonné,
On a fini pulvérisé.

A Mururoa,
Tu es mon ciel.
A Mururoa,
On est le fiel.
A Mururoa,
Souffle l’amour et le vent.
Mais Mururoa,
Souffre d’insidieux tourments.

Ó Tous droits d'auteur réservés, Philippe DEIXONNE
Ó Tous droits de compositeur réservés, Philippe ALAUX

 

Retour au site